Avant toute chose, il convient de rappeler que le principal avantage de l’éco-conception est d’abord environnemental (réduction des impacts environnementaux et préservation des ressources). Une telle démarche a pour objectif la réduction des impacts d’un produit sur l’environnement notamment en améliorant le recyclage ou la récupération des des ressources. Toutefois une entreprise souhaitant s’engager dans une démarche d’éco-conception peut rechercher d’autres bénéfices potentiels parmi lesquels :

 

1. Anticiper la réglementation

Les réglementations et notamment le droit Européen visent un niveau toujours plus élevé de protection de l’environnement et de la santé humaine. Le contexte réglementaire encadre de plus en plus l’ensemble du cycle de vie des produits et fixe des objectifs chiffrés contraignants :

  • La fabrication : contrôler l’usage des substances les plus dangereuses (RoHS, REACH)
  • L’utilisation : optimiser la consommation d’énergie lors de la phase d’utilisation des produits (ErP)
  • La fin de vie : améliorer la gestion des déchets via le principe de responsabilité élargie du producteur : DEEE

Dans le contexte actuel et futur, les exigences de ces réglementations sont vouées à se développer et encourager la mise sur le marché de produits toujours plus économes en ressources et en énergie, ainsi que des produits présentant une meilleure recyclabilité tout en étant moins toxiques pour l’homme et l’environnement.

En intégrant ces principes dès la conception des produits, l’éco-conception permet d’anticiper l’évolution du niveau d’exigences de ces réglementations et de réduire le risque de non-conformité d’un produit vis-à-vis de ces règlements.

L’aspect réglementaire se traduit également par un ensemble de taxes et de redevances faisant peser sur les producteurs les coûts supportés par la collectivité pour les dommages environnementaux que peuvent engendrer leurs produits (externalité). L’éco-conception permet d’intégrer ces impacts environnementaux, de les réduire et ainsi en limiter les conséquences financières.

 

2. L’éco-conception : un facteur d’innovation

La mise en place d’une démarche d’éco-conception s’effectue généralement en deux étapes.
La première étape est une phase d’évaluation durant laquelle, à l’aide d’outils d’analyse de cycle de vie, les axes d’améliorations d’un produit sont déterminés.

Dans un second temps, des solutions pour améliorer le produit sont recherchées. C’est au cours de cette étape que l’éco-conception pourra se révéler comme un facteur d’innovation pour l’entreprise.

En abordant le développement d’un produit au travers de l’aspect environnemental, l’éco-conception va apporter de nouvelles perspectives de développement. Qu’il s’agisse du choix de nouveaux matériaux ou de la manière d’utiliser le produit, la recherche de solutions et d’alternatives engendre une stimulation de l’innovation. La mise en place d’une démarche d’éco-conception nécessite parfois de remettre en cause certaines habitudes de conception.

L’éco-conception permet d’aborder le développement d’un produit en raisonnant sur l’ensemble de son cycle de vie. Cette démarche est transversale et implique différentes compétences dans l’entreprise. La recherche de solutions et d’alternatives peut même dans certains cas dépasser le cadre de l’entreprise et nécessite dans ce cas des compétences externes (choix d’un nouveau matériau, nouvelle technologie).

 

3. Se démarquer de la concurrence

Bien que le chiffre d’affaire du marché français des appareils ménagers soit en constante évolution, bon nombre de produits ont aujourd’hui atteint un degré de maturité technologique élevé.

Pour d’autres types de produits, la marge de progression technologique est encore importante et chaque nouvelle génération de produits apporte de nouvelles fonctionnalités. Le taux d’équipement des ménages pour certains produits montre également une forte présence de ces différents produits chez les Français. Dans ce contexte où la concurrence devient plus importante, l’éco-conception est un moyen idéal pour différencier ses produits.

Les outils de communication tels que les éco-labels permettent de mettre en avant les efforts réalisés pour réduire l’impact environnemental d’un produit et susciter l’intérêt du consommateur pour ces produits. Il est néanmoins important d’être vigilant lorsque l’on communique sur l’aspect environnemental d’un produit. Les gains apportés par un produit doivent être réels, justifiés et mesurables. Il est nécessaire d’expliquer la démarche qui a été utilisée pour garantir la crédibilité des déclarations.

 

4. Répondre aux attentes du marché et des consommateurs

La conscience environnementale chez les consommateurs se développe de plus en plus au fil des ans. Même si les études notent encore un décalage à l’heure actuelle entre la volonté des consommateurs de s’orienter vers des produits plus respectueux de l’environnement et la traduction de cette volonté au moment de l’achat d’un nouvel équipement, les consommateurs tendent de plus en plus à rechercher ce type de produits.

De plus les consommateurs particuliers sont davantage sensibles que les acheteurs professionnels à des critères environnementaux lors d’un achat. Enfin, le coût énergétique des équipements dans la facture des particuliers prend une part importante les incitant à se tourner vers des produits plus économes.

L’éco-conception est dans ce cadre tout à fait en adéquation avec les attentes présentes et futures des consommateurs.